Simon Petit : « L’objectif n’est pas atteint »

S’il ne cachait pas sa déception suite à l’élimination des Ecureuils synonyme de retour en élite manqué, Simon Petit reconnaissait également la supériorité des Rapaces de Reims lors des deux manches de cette demi-finale.

Simon Petit, quel est le premier sentiment qui vient à l’esprit après cette élimination ?

Clairement, la déception parce que ce n’était pas du tout l’objectif que l’on s’était fixé. Notre objectif c’était de remonter en élite et il n’est pas atteint, donc on est déçu.

C’est sur le premier match que ça se joue ?

Pour beaucoup, oui, parce que partir avec quatre buts de retard (ndlr : défaite 6-2 à l’aller) c’est sûr que ça n’aide pas. On a fait une grosse première mi-temps sur ce deuxième match, on a dominé et soit on a manqué de réussite, soit leur gardien a fait un gros match. En deuxième, comme on a joué à deux lignes on a pêché physiquement et on a du mal à accelerer et passer le cap. Eux, ils se sont bien défendus, ils se sont bien battus et leur gardien a fait un gros match.

Et vous touchez trois fois les montants…

Clairement, il y a un manque de réussite, mais c’est à nous de faire en sorte que ça rentre et que ça ne touche pas les poteaux ! On avait bien débuté, et rentrer à la mi-temps à 2-1, ils pouvaient se sentir un peu chanceux de ce score. Après, on a eu plus de mal à rentrer dedans, on était plus fatigué physiquement. Entre ça et le retard du premier match, c’était trop dur.

> Les Ecureuils stoppés aux portes de la finale

Reims est aussi sorti très fort en deuxième pour ne pas se faire surprendre…

Je pense que revenir avec seulement un but de retard à la mi-temps, d’avoir bien tenu, ça les a aidé. Ils ont fait ce qu’il fallait. A la fin, on a pressé un peu plus, ils ont eu les contres, ils les ont mis au fond, ils joué comme il fallait. Ils ont très bien joué, félicitations à eux. Je pense que sur les deux matches, ils ont mérité de gagner.

C’est une déception aussi après cette bonne saison régulière…

Oui, elle est bonne, mais on peut se demander si on n’a pas manqué de travail sur le plan cardio. On a une équipe vieillissante, beaucoup de joueurs ont au-dessus de trente ans, donc je pense que l’on a un peu pêché physiquement. Mais après, c’est chaque joueur qui doit se remettre en question à l’entraînement et se motiver, et c’est vrai que ce n’est pas évident. On a des mecs qui bossent, on vient le soir à 20h30 après une journée de boulot mais il faut essayer de faire les efforts. Je pense que c’est ça qui nous a manqué pour passer ce petit cap qui nous aurait permis de 2-1 à 3 ou 4-1 et ensuite on aurait emballé le match.

Propos recueillis par Adrien ROCHER

Laisser un commentaire