Pas de repos pendant les fêtes pour les Gothiques

Alors que beaucoup d’autres sports sont en arrêt pendant les fêtes de Noël, les Gothiques entament un programme très chargé, qui ne plaît pas forcément à tout le monde.

Trois matches entre Noël et l’An

C’est devenu une habitude depuis plusieurs années, la Ligue Magnus ne fait pas relâche pendant les fêtes de fin d’année. Après une période de trêve début décembre, les équipes de l’élite enchaînent les rencontres à partir de Noël. « On a eu beaucoup de matches avant la trêve en peu de jours, et ce sera la même chose là. Je ne sais pas comment ils programment les matches, s’interroge Jonathan Narbonne. En début d’année on a fait cinq semaines de suite avec deux matches, et ils auraient pu en glisser un ou deux à cette période, plutôt que d’en jouer beaucoup en peu de temps pendant les fêtes. »

Le capitaine des Gothiques regrette vivement ce moment de l’année civile dans le calendrier du championnat. « Je trouve que c’est très moche de mettre des matches pendant les fêtes, même si pour l’équipe cela fait vendre plus de billets et c’est bon pour le marketing, continue Narbonne. Si on me demandait, je donnerais une ou deux semaines de congé pour que tout le monde puisse profiter de sa famille, et que ce soit obligatoire, un peu comme au foot. Même en NHL, ils le font ! Si on pouvait être les premiers à le faire en France, ce serait un beau geste pour donner aux joueurs une récompense. »

Pour autant, le défenseur québécois ajoutait également une note positive. « Il y a la famille derrière qui vient visiter, donc même si c’est moche, au moins ils peuvent venir voir des matches ! Il faut voir le point positif, soulignait Narbonne. Après, un match c’est un match, et peu importe la date, on voudra le gagner. » Un côté relatif également mis en valeur par Spencer Edwards. « C’est compliqué, mais la majorité des joueurs de l’équipe le fait chaque année ! Ca fait partie de notre travail, ajoute l’attaquant Amiénois. Il faut rester concentré, et à chaque que l’on monte sur la glace, il faut mettre ça de côté pour faire de notre mieux, je pense. »

Quoiqu’il en soit, les Gothiques devront être prêts à un calendrier surchargé. Dès demain, les Amiénois lancent une dernière semaine compliquée avec la réception de Strasbourg, avant un déplacement à Angers et un dernier derby face à Rouen, pour bien conclure l’année.

A.R.

Photo d’illustration : Lucile Lefèvre – Le 6 Amiénois

Laisser un commentaire