Mario Richer s’émeut des nouvelles règles

Cet intersaison 2018 a apporté son lot de changement et nouvelles règles. Ainsi, l’IIHF a instauré une nouvelle pénalité pour « charge à retardement » sanctionnant désormais une mise en échec sur un joueur venant de lâcher le palet et se trouvant en position vulnérable. Une nouveauté qui chagrine Mario Richer, le coach des Gothiques.

La fin d’un sport spectaculaire ?

« Les nouvelles règles me chiffonnent un peu, confie l’entraîneur Amiénois. Il y a des mises au jeu qui donnent des punitions et des « détails à la con ». Maintenant on ne peut plus aller terminer sa mise en échec. Bientôt le hockey sera un « ballet classique ». C’est en train de dénaturer le hockey. Finir sa mise en échec, ça fait partie du hockey. C’est un sport de mise en échec, où, très souvent, une charge est donnée après que le joueur a fait sa passe, et là on enlève ce joyau qui faisait de l’action et que les partisans aiment. Ca devient un peu un autre sport. Je n’aurais pas aimé jouer ce hockey. Nous sommes allés jouer en Angleterre, et il y a eu des coups de bâtons et des mises en échec très solides. Ce n’était pas de la violence, mais c’était plus du hockey comme on le connaît que sur ce match (ndlr, contre Strasbourg). Il y a beaucoup de retenue au niveau des joueurs et le spectacle n’est pas le même. Tout le monde hésite à mettre une mise en échec, et ça va être comme ça toute la saison. Mais c’est dommage pour le sport quand les décideurs sont probablement des bureaucrates. »

Propos recueillis par Adrien ROCHER

Laisser un commentaire