Mario Richer : « Rouen est plus fort que l’an dernier »

Après deux défaites sèches en début de saison, Amiens va tenter d’accrocher Rouen, solide leader de Ligue Magnus, malgré l’absence de Philippe Halley, rentré blessé d’Angers. 

Mario, on peut légitimement dire que Rouen est toujours un match particulier pour Amiens… 

Oui, c’est toujours un match particulier, c’est un derby, la patinoire va être pleine, et on va faire notre possible. L’important déjà c’est de marquer un but, ce qu’on n’a pas fait de la saison contre Rouen, on a aucun but (ndlr : deux défaites 3-0). Donc il faut en compter au moins un.

Ils sont plus forts que l’an dernier ?

Je pense que oui, ils sont plus complets, ils ont une très bonne équipe, ils ont une seule défaite cette année. Il faut le faire, une défaite en vingt-sept matches, ça montre que ta force, c’est la profondeur de ton équipe.

Vous aussi, la série est bonne aussi, seize victoires en dix-huit matches…

Oui c’est bien, on est dans une bonne série, faut continuer à batailler, l’important c’est de travailler fort, d’être prêt pour ce match-là.

Est-ce qu’il y a un sentiment d’injustice au sein de votre vestiaire, après ce qui s’est passé à Angers ?

Non, ça fait ch**r quand les arbitres disent qu’ils l’on vu, mais ils ne savent pas qui c’est… Je perds mon meilleur joueur pour cinq matches (ndlr : quatre matches plus celui d’hier), et lui il va s’en sauver, et ils sont en course avec nous…

Comment faire sans Halley, qui était votre joueur en forme ? 

Il y a des trios qui vont être changés, il va y avoir un autre joueur de centre avec Tommy et Jérémie. Vendredi, c’était Poudrier qui jouait là, on va voir pour demain. Ça chambarde un peu les trios mais je ne vais pas trop changer les autres trios parce que, si je commence à tout changer, c’est des nouvelles habitudes à prendre. C’est pour ça que vendredi j’ai essayé d’éviter de changer mon quatrième trio qui va très bien et qui a encore donné le but. Perdre ton joueur dominant sur ton trio, ça fait une grosse différence. Il y a des joueurs qui sont les joueurs dominants, ça se ressent, alors que si c’est le troisième joueur, tu peux le remplacer plus facilement. On va trouver des solutions, c’est tout. Des jeunes sont également là pour jouer.

C.G avec R.P.

Photo d’illustration – Lucile Lefevre – Le 6 Amiénois

AMIENS – ROUEN 

28e journée de Synerglace Ligue Magnus

Dimanche 30 décembre, à 16 heures

Le Coliseum, Amiens

Laisser un commentaire