Mario Richer : « On était très près d’avoir un nouveau joueur »

Après un bilan réalisé hier, Mario Richer nous évoque cette fois le travail réalisé pendant la trêve et la possibilité de recrutement d’un nouveau joueur.

Mario Richer, comment s’est passée cette semaine de trêve ?

Ca a bien été. Les joueurs ont eu quatre jours de repos. On a eu un entraînement mercredi soir, de la musculation et de la glace jeudi matin, et ensuite un préparateur mental est venu parler aux joueurs. Ce sont soixante heures très chargées d’entraînement depuis mercredi soir. Ils auront un congé demain (ndlr : aujourd’hui), et on reprend dimanche matin.

Pourquoi ce choix d’un préparateur mental ? Pour amener quelqu’un d’extérieur au groupe ?

Oui, c’est toujours bon ! La préparation mental devrait faire partie du quotidien de tous les gens. Dans les grosses sociétés, ils ont des personnes pour aider à la psychologie pour aider les travailleurs à mieux performer. Au niveau du sport, c’est la même chose. Parfois, il y a un manque de confiance, de motivation ou de concentration. Ce sont des choses que l’on entend souvent. Ca se voit dans les très gros événements comme les Jeux olympiques, ou des Mondiaux. Les athlètes sont de très bon niveau et la différence est souvent mentale. Il y a beaucoup de choses dans la vie qui sont mentales.

Cet aspect est encore une petite faille de l’effectif ?

Il y a encore beaucoup à faire. L’an passé on a gagné dix fois de suite en fusillades et prolongations et ça nous a amené en playoffs. Et contre Lyon, en série, on a gagné trois fois comme cela également, parce que l’on était très confiant. Il faut retrouver cette confiance. Mais c’est un sport d’équipe, il y a six joueurs en même temps sur la glace, et s’il y en a un qui n’est pas confiant, ça se voit. Il faut que tout le monde soit là, et il faut amener tout le monde à performer de la même façon.

> Mario Richer : « Gérer nos émotions »

Ça va repartir fort avec Bordeaux dès mardi…

Oui, mais tous les matches sont importants depuis le début de saison. Au niveau du classement, on va jouer des adversaires directs, il faudra être prêts, donner tout ce que l’on peut pour monter le plus possible au classement.

Qu’attendez-vous de votre équipe avant la prochaine trêve ? Plus de régularité ?

Que l’on soit plus constant dans notre jeu, et que l’on ait un meilleur deuxième quart que le premier.

Avez-vous avancé sur le recrutement ?

Il n’y a pas d’avancée notable. On était très près d’avoir un nouveau joueur, mais il y a une autre équipe qui a fait de meilleures offres. J’étais persuadé de l’avoir, mais une offre très bonne pour lui est arrivée, et on ne peut s’aligner dessus. On verra ce que l’on peut aller chercher avec ce que l’on a. Je ne donnerais pas de nom, car dès que ça sort dans les médias, les prix gonflent, parce que les agents et joueurs savent que l’on a besoin d’eux. Il faut être logique et ne pas trop en parler. On sait ce que l’on peut avoir, mais il faut le trouver. Un défenseur, un attaquant, tout est possible !

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire