Les Gothiques assument leur statut

Vainqueurs d’Anglet hier soir (6-2), les Gothiques sont dans des temps de passage très intéressants alors que la deuxième trêve de la saison intervient.

Une attaque de feu

L’offensive a souvent posé question sur la première partie de saison. Peu en réussite, elle a souvent coûté des succès qui tendaient les bras, à l’image des défaites à domicile contre Angers (1-2) ou Chamonix (3-4). Mais depuis un mois, les offensifs Gothiques régalent le public et font trembler les défenses de Magnus. Blanchis contre Bordeaux, les Amiénois ont inscrit trente-deux buts sur les neuf matches disputés depuis la première trêve. Une excellente moyenne de 3,6 buts inscrits par match qui confirmait le potentiel entrevue l’an dernier dans une fin de saison de feu. S’ils ne font pas encore partie des meilleures attaques du championnat, les samariens ont nettement redressé la barre. Alors qu’ils ont longtemps stagné parmi les pires offensives de la Ligue, aux côtés de celle de l’Hormadi d’Anglet, les joueurs de Mario Richer pointent désormais avec la septième attaque du championnat avec 66 buts marqués. Loin, très loin, derrière les armadas de Grenoble et Rouen, respectivement 106 et 105 buts inscrits.

Une défense qui revient

Les Gothiques peuvent également compter sur une amélioration notable au niveau du jeu défensif. Véritable force la saison passée (ndlr : Amiens avait terminé meilleure défense à égalité avec Rouen et Grenoble), elle semblait, à l’image de l’attaque, plutôt en panne sur le début de saison, et reposait trop souvent sur des performances d’exception d’Henri-Corentin Buysse. Plus solides quand l’adversaire a le palet, les amiénois protègent de mieux en mieux leur gardien et laissent de moins en moins de tirs dangereux arriver sur Buysse. La conséquence est immédiate : les Gothiques encaissent moins de buts, gagnent plus et se sont replacés comme troisième meilleure défense de la Ligue derrière Rouen et Grenoble, mais devant Bordeaux. Si l’adage veut que les défenses gagnent les titres, la Ligue Magnus le confirme avec les quatre derniers demi-finalistes qui comptent les quatre meilleures défenses.

Des promesses pour la suite

Qu’espérer pour cette équipe à la mi-saison ? Si certains se veulent ambitieux, à l’image d’un Mario Trabucco qui n’hésite pas à parler de « passer en finale et se battre avec Rouen ou Grenoble« , d’autres se veulent plus mesurer. Et pour cause, Amiens semble occuper la première place d’un « autre championnat », derrière les intouchables Rouen et Grenoble, souvent comparés à des « PSG du hockey français » par Mario Richer. Les Gothiques semblent sur la voie du progrès et du succès. Une nouvelle ère après des années de disette qui inspirait l’entraîneur-adjoint d’Amiens. « Il y a encore un peu de chemin à parcourir pour atteindre Rouen et Grenoble, mais on va y arriver », assure Anthony Mortas. Si son équipe y parvient, ce trio pourrait ressembler à une véritable locomotive pour le train du hockey hexagonal.

Adrien ROCHER

Photo d’illustration : Lucile Lefèvre – Le 6 Amiénois

Laisser un commentaire