Les Ecureuils stoppés aux portes de la finale

Dominateurs mais inefficaces, les Ecureuils ont subi la loi de Reims pour la deuxième fois en deux rencontres. Battus par des Rémois qui ont pu s’appuyer sur un excellent gardien, les Amienois ne verront pas la finale et ne reviendront pas en Ligue Elite un an après l’avoir quittée.

Domination non payée

Il n’y avait pas de calcul à faire pour les Ecureuils. Il fallait mettre du rythme et marquer beaucoup pour atteindre une finale qui permettrait le retour en élite. Bien mieux entrés dans le match, les Amiénois validaient leur grosse pression sur une première supériorité numérique et Clément Crignier ouvrait la marque sur un lancer frappé (1-0, 3’15). Si les Rémois étaient acculés, ils faisaient mal à chaque opportunité, et moins d’une minute plus tard Dumont égalisait sur un tour de cage (1-1, 4’06).

Retour à la case départ, et retour à la forte domination d’Amiens qui devait faire face à un excellent Lefranc dans les cages des Rapaces. Inspirés et déterminés, les Samariens parvenaient tout de même à reprendre l’avantage sur un tir de Marcos qui nettoyait la lucarne (2-1, 8’46). Les Picards étaient dans le vrai, dominaient outrageusement, mais ni Marcos (10’20), ni Petit – qui heurtait le poteau – (19′), ni Grossemy (22′) ne parvenaient à accentuer l’avance sur ce match retour.

Reims prend le dessus

Tout heureux de rentrer aux vestiaires à 2-1, les Marnais n’en menaient pas large mais revenaient avec de bien meilleures intentions. Plus vifs et meilleurs dans les duels sur le début de deuxième acte, les Rapaces égalisaient en contre grâce à Bannier (2-2, 4’26). Un peu moins en jambe suite à la grosse débauche d’énergie de la première période, les locaux trouvaient tout de même les ressources nécessaires pour y croire et aller de l’avant. Un sursaut d’orgueuil bienvenu lorsqu’un puissant slap de Grossemy trouvait le fond des filets (3-3, 5’50).

Le manque de fraîcheur physique commençait toutefois à se faire ressentir, et si les partenaires de Renaud Crignier étaient toujours à l’offensive, ils ne trouvaient que trop rarement le décalage. Et alors qu’ils faisaient preuve d’inefficacité lors de moments-clés, les Amiénois étaient punis sur les incursions Rémoises. Sur un magnifique geste offensif, Reims égalisait et faisait mal aux espoirs de remontée d’Amiens. Et quand Grossemy (38′) puis Bacquet (42′) touchaient les montants, il semblait clair que le destin était en faveur des Champenois.

Exténués face à des Rémois compacts, puissants et rapides, les Ecureuils allaient même s’incliner de manière presque anecdotique. En double supériorité, Reims frappait par deux fois avant la sirène et s’offrait le luxe de remporter les deux manches de la demi-finale. L’heure d’Amiens était passée, et malgré une très belle saison, il restera un petit goût d’inachevé dans la bouche des joueurs et des nombreux supporters présents à La Veillère sur ce match retour.

Adrien ROCHER

AMIENS – REIMS : 3-5 (2-1)

Demi-finale retour de Nationale 1

La Veillère, Amiens.

Laisser un commentaire