Le jour où… le promu niçois a failli renverser Amiens

Avant chaque match, le 6 Amiénois va tenter de vous replonger dans l’histoire des Gothiques en tentant de vous faire revivre un match qui a marqué les consciences. Aujourd’hui, retour en septembre 2016, avec un promu niçois qui a bien failli faire mal aux amiénois.

Match équilibré

Pour la quatrième journée de la saison 2016-2017, Amiens, avec un nouvel entraîneur à sa tête, reçoit Nice, qui participe à sa première saison de Ligue Magnus. Sur le papier le rapport de force peut sembler déséquilibré, mais Amiens a déjà subi deux défaites, à Angers et à Bordeaux en trois matches, alors que les Aigles surfent sur la vague de la montée et ont déjà récolté huit points sur neuf.

Malgré des débats équilibrés sur la première période, les Gothiques rentraient aux vestiaires avec un but d’avance, inscrit en fin de tiers grâce à Brisebois. Un but qui donnait des ailes pour la seconde période, où les Samariens se montraient impériaux. En dix minutes, les joueurs de Mario Richer prenaient le large en étouffant totalement des niçois asphyxiés et incapables de se montrer dangereux.

Souverains puis totalement absents

Souverains pendant près de quarante minutes, les Picards se liquéfiaient soudainement dans l’ultime période. Hors sujet sur les vingt dernières minutes, les Amiénois voyaient Nice revenir à trois, puis deux, puis un but à moins de quatre minutes du terme. Un coup de chaud sévère qui s’intensifiait lorsque Kubus poussait un palet au fond des filets d’O’Keefe.

Les quelques 2000 spectateurs du Coliseum retiennent leur souffle en voyant M.Bliek en discussion avec ses assistants. L’officiel du soir finit par refuser la réalisation du futur Gothique, considérant que le palet avec était mis, avec justesse, de la main par Romand. Amiens et ses supporters peuvent souffler, puisqu’ils finissent par s’imposer, au forceps.

Photo d’illustration : Pascal Enault

Laisser un commentaire