Jonathan Narbonne : « Les Gothiques tatoués sur le coeur »

L’évènement de la soirée d’hier se trouvait bien dans la zone mixte en après-match. Quelques minutes après l’élimination des Gothiques contre Grenoble, le capitaine Jonathan Narbonne déclarait son retrait du hockey professionnel.

Un but pour finir

Lorsqu’il inscrivait le but du 4-2, son premier de la saison, on ne se doutait pas que ce but serait le dernière de la carrière professionnelle de Jonathan Narbonne. Moins de deux heures plus tard, le capitaine des Gothiques annonçait en effet sa fin de carrière, à seulement vingt-six ans. « Pour moi, c’est terminé. Je retourne au Québec jouer en semi-pro et je vais commencer la vraie vie avec ma femme« , lâchait-il, au bord des larmes.

Capitaine exemplaire pendant ses deux années de mandat, Narbonne n’en retenait que du positif. « Les supporters ont été là pour nous tout au long du championnat, l’équipe a été fantastique… On avait un très bon groupe, des bénévoles géniaux, les entraîneurs, les docteurs, les kinés… Je n’aurais pas pu demander mieux qu’être capitaine, détaillait-il. Ça a été facile. Les joueurs ont été travailleurs, ils ont donné ce qu’ils pouvaient. »

Le désormais ex-Amiénois laissait également un message pour cette ville importante dans son évolution. « Je retiens cette famille et ce maillot que j’aurai chez moi pour le reste de ma vie. Ca a été un plaisir d’être Amiénois et capitaine des Gothiques. Je vais être marqué à vie d’ici ! J’ai eu mon garçon ici, et je vais avoir les Gothiques tatoués sur le coeur pour le reste de ma vie. C’est une place qui m’a marqué à vie, c’était le meilleur endroit où j’ai joué en pro. Je n’étais jamais resté trois ans dans une équipe, et c’était incroyable ici ! »

Arrivé sur la pointe des pieds à vingt-trois ans, alors qu’il devait initialement rejoindre les Albatros de Brest, Jonathan Narbonne aura laissé une trace indélébile dans le cœur des supporters des Gothiques, restant à jamais le premier joueur Amiénois de l’histoire à soulever la coupe de France.

Adrien ROCHER

Photo d’illustration : Lucile Lefèvre – Le 6 Amiénois

Laisser un commentaire