Jérémie Romand : « On est très fier de ce que l’on a fait »

Pour la deuxième année consécutive, les Gothiques se sont sortis d’un quart de finale piège pour rejoindre une des deux grosses écuries pour une grosse demi-finale en perspective. De quoi rendre fier l’attaquant du premier trio, Jérémie Romand.

Jérémie Romand, vous nous l’aviez dit vendredi soir, pas question de lâcher, et vous avez été costauds !

C’est notre identité depuis deux ans. On ne lâche jamais rien. On l’avait fait contre Lyon à tirer de l’arrière et on avait réussi à renverser la série, on a recommencé cette année ! Que des bonnes choses.

> Julien Guillaume : « Ils l’ont mérité »

Et sans trembler sur ce match 7…

On a eu la chance de super bien débuter. Je pense qu’ils ne sont pas rentrés dans la partie de la même façon que nous. On a été bon devant la cage, on marque trois buts assez rapidement et après on a réussi à gérer. Quand ils reviennent à 3-1, le fait que l’on marque pas longtemps après ça leur a coupé les pattes, et derrière on a déroulé.

C’est la fraîcheur qui a fait la différence ?

Je pense que l’on était mieux qu’eux physiquement sur cette fin de série. Ils ont certainement loupé le coche dimanche, chez eux.

Vous avez su faire le dos rond à 3-1 pour mettre ce but qui fait beaucoup de bien ensuite…

On a la chance d’avoir Henri dans la cage qui est toujours présent dans les moments où l’on va moins bien. Ca nous aide vachement, et on met ce petit but qui fait du bien comme vous dîtes, qui relance la machine et qui leur fait mal.

Vous avez su trouver la clé devant Fouquerel sur les deux dernières rencontres…

On l’a enfin trouvée, cette solution ! Je pense qu’il s’est fait un peu mal au match 5, et il n’a pas réussi à récupérer. Ce sont les playoffs, on joue tous les deux jours, donc quand on a des petits bobos, il faut finir avec. Il n’a pas réussi à revenir. Ça a été une série accrochée au début parce qu’il y avait deux énormes gardiens sur la glace, et sur les deux derniers, on a vu qu’il était plus affaibli et ça nous a permis de prendre les devants.

> Anthony Mortas : « On savait que ça allait être une série terrible »

C’est un soulagement d’être en demi-finale ?

Non, pas un soulagement. On a travaillé fort toute la saison pour ça, pour ces moments-là. Les playoffs, c’est pour ça qu’on joue quarante-quatre matches dans l’année ! On est très fier, très content de ce que l’on a fait. On savait avant cette série que Bordeaux n’était pas forcément à sa place. On affrontait une équipe qui avait un très bon niveau, solide physiquement et ils ont imposé du rythme sur les premiers matches. C’est beaucoup de fierté d’avoir réussi à passer ce tour.

Propos recueillis par Adrien ROCHER

Photo d’illustration : Lucile Lefèvre – Le 6 Amiénois

Laisser un commentaire