Henri-Corentin Buysse : « On savait qu’on allait le faire »

Au sortir de la qualification, Henri-Corentin Buysse a confié son soulagement de se qualifier en demi-finale pour la deuxième année consécutive dans une série acharnée pratiquement jusqu’au bout.

Henri-Corentin Buysse, j’imagine que c’est un soulagement d’avoir cette victoire…

On est allé la chercher au bout celle-là, physiquement et mentalement ! On a tiré de l’arrière toute la série, être mené 3-2 et gagner 4-3 c’est quelque chose de bien, oui !

> Philippe Bozon : « Il y a quand même une logique dans le sport »

Et c’est dos au mur que vous avez réalisés vos meilleurs matches…

Peut-être, oui ! C’est vrai que sur les deux derniers matches, ils ont tiré physiquement aussi et on était au-dessus sur ce plan-là. C’est vrai que l’on a mieux joué sur ces deux matches, on a beaucoup mieux appliqué le système que sur les cinq premiers et c’est ce qui a fait la différence.

Et tout le monde s’est sacrifié au rebond pour aller chercher ces buts qui font la différence…

C’était le plan ! Mettre à la cage, mettre du trafic et de l’intensité, et ça a fini par payer. Fouquerel a fait quatre ou cinq très gros matches, et ça forcément baissé après, mais le crédit revient aux joueurs à avoir continuer à forcer devant la cage et ça a fini par payer.

> Mario Richer : « Les joueurs ont travaillé très dur pour en arriver là »

Quand Fouquerel a baissé d’intensité, vous avez su aller le chercher…

C’est ça, oui ! Les gardiens pendant une série de playoffs, c’est très important, et on compte beaucoup sur les gardiens, que ce soit en face ou ici. Tant mieux pour nous s’il a un peu plus lâché le palet.

Et c’est une série qui montre votre force de caractère. Même dos au mur, vous n’avez jamais lâché…

Avec les évènements qui se sont passés, où l’on perd un joueur… Je n’en dirai pas plus sur le sujet, mais ça a été un coup dur pour nous. On a montré du caractère mais on l’a fait aussi pour Holden qui ne joue plus avec nous, mais on l’a fait pour lui aussi !

Vous ne vous êtes jamais posés de questions dans cette série ?

Non ! Dans le vestiaire, on ne se disait pas que ça allait être fini. On était confiant, et depuis ce matin (ndlr : hier), on se demandait quand allait être l’entraînement ! On savait qu’on allait le faire.

> Les Gothiques en démonstration et en demi-finale

C’est une vraie force d’Amiens, cette attitude…

Je pense qu’avoir gagné la finale de la coupe de France aide parce qu’un match 7 c’est un peu la même chose. Pour beaucoup, ça a été un déclic, pour moi ça l’a été. On était prêt au bon moment.

Laisser un commentaire