Tommy Giroux : « Revenir à notre manière de jouer et notre identité »

Absent vendredi face à Gap, et toujours incertain pour le déplacement à Lyon, Tommy Giroux ne s’est pas défilé au moment d’évoquer le début de saison en demi-teinte des Gothiques.

Tommy, comment expliquez-vous ce début de saison compliqué alors que vous aviez laisse bonne impression l’an dernier ?

Si l’on regarde les résultats, oui, c’est très compliqué, mais si on regarde match après match, en dehors celui contre Gap l’effort était là et les joueurs jouaient de la bonne façon. On avait de la difficulté à marquer, mais on a réussi à dominer des équipes au niveau des lancers et des chances de marquer. Pour moi, à ce niveau, c’était positif. Ce qui est très négatif c’est les performances comme contre Gap. Ça a été la goutte qui a fait déborder le vase. Non seulement c’est une défaite de plus, mais on ne perd pas de la bonne façon, sans avoir mouillé le maillot ni jouer de la bonne façon. C’est inacceptable. Les autres défaites étaient forcément négatives, mais il y avait de bonnes bases.

Mario était très énervé vendredi et a dit qu’il était temps de vous réunir pour vous dire les choses. Ça a eu lieu ?

Oui, on s’est parlé ! Ça fait toujours du bien de se dire les choses. Ça peut permettre à tout le monde d’aller vers l’avant, se remettre en question, se regarder dans le miroir et se demander ce que l’on peut faire de plus pour aider l’équipe parce que pour chaque individu, même ceux qui considèrent qu’ils jouent bien, je suis persuadé que tout le monde peut faire quelque chose de plus qui va amener l’équipe vers de meilleurs résultats.

Qu’est-ce qu’il manque pour que ça bascule de votre côté ?

De revenir à notre manière de jouer et à notre identité ! Il faut que l’on revienne à notre éthique de travail, notre volonté de vouloir travailler plus que l’adversaire. Avec le travail, on réussira à faire quelque chose même face aux meilleures équipes, même si elles sont plus de talent, comme on l’a fait contre Grenoble. On est allé chercher un gros point, et ça aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre. Il faut se servir de ce match comme un exemple et répéter les actions que l’on a faites lors de ce match, peu importe notre adversaire.

Il y a un peu de pression avant Lyon ? Il faut absolument prendre des points…

Je ne dirais pas pression, mais il faut jouer de notre façon. Il faut simplement que l’on arrive concentrés. On sait ce que l’on a à faire, et on doit le faire. Ensuite le résultat viendra si l’on fait les bonnes actions. Si on joue, comme on est capables, je ne suis pas inquiet sur notre capacité à gagner des matches.

Il y a eu des sifflets du Coliseum vendredi, c’est peut-être ce qu’il fallait pour se remobiliser que le public réagisse ? Ou cela vous a fait mal ?

Ce n’est jamais agréable de se faire siffler, ça, c’est certain. Je ne crois pas que c’était ce dont on avait besoin pour se réveiller, parce qu’on le sait. On est des adultes, des professionnels, on sait ce qu’on doit faire, et on sait qu’on a mal joué. Que le public soit mécontent, c’est tout à fait normal après une performance comme celle-là, c’est leur droit. On a vu leur mécontentement, ils veulent que l’on se réveille, tout comme nous. Nous on essaye de ne pas s’attarder sur ça mais sur ce que l’on peut faire pour avancer et être meilleurs.

Les blessures peuvent être un facteur pour expliquer cette dernière prestation ?

Je ne jouais pas, Poudrier et Guillemain non plus, mais je pense qu’il reste beaucoup de bons joueurs dans l’alignement qui ont du travail à faire. Toutes les équipes ont des blessés, et on en aura d’autres durant la saison. Ce n’est pas qui joue qui est important, mais comment on joue. Tous les joueurs que l’on a sont des bons joueurs. Si tout le monde joue bien, que l’on fait notre travail, on aura du succès malgré les blessures. L’année dernière on a perdu Perry, mais on a su s’en sortir très bien alors que c’était un de nos meilleurs défenseurs. On s’en est sorti parce que des défenseurs ont su monter leur niveau d’un cran pour prendre la place de Perry et on a super bien joué malgré ça. Cette année, c’est la même chose. On a des jeunes qui ont très bien joué d’ailleurs ! Je trouve que c’est très positif. Le jeune Bruche a très bien performé, et tous les autres jeunes qui ont été dans l’alignement ont bien joué des deux côtés de la glace et c’est bien. Ça incite les plus vieux et ceux qui sont établis dans cette équipe à se bouger les fesses parce qu’il y en qui veulent jouer !

Donc pas d’inquiétude, les Gothiques ont le potentiel pour rebondir…

J’ai confiance en cette équipe ! Il faut que chaque joueur veuille faire plus. Il faut que chaque individu se réveille, se dise « je peux faire ça de plus » ou « qu’est-ce que je fais de mal ? » et ça va bien aller parce qu’on a beaucoup de joueurs de talent. Il ne faut pas penser que l’esprit d’équipe est moins bon que l’année dernière. Ça va très bien dans le vestiaire, les joueurs s’encouragent, on veut s’en sortir et on est sur la bonne voie tous ensemble. Il n’y a pas de doutes là-dessus et c’est pour ça que je suis positif sur cette équipe. Il y a des joueurs qui ne sont pas à leur top niveau en ce moment mais ils le savent et ce sont d’abord de bons coéquipiers. Donc ils veulent s’en sortir et ils font les efforts pour.

Propos recueillis par Romain PECHON

Crédits Photo : Pascal Enault

Laisser un commentaire