Élie Marcos : « On sait que ça ne va pas être facile »

Ancien joueur des Gothiques et désormais attaquant pour les Écureuils d’Amiens, en roller-hockey, Élie Marcos est revenu sur la fin de l’aventure Gothique et le début de la page Écureuils.

Élie Marcos, l’épisode avec les Gothiques a-t-il été digéré ?

Oui c’est digéré… mais comme je l’ai dit à plusieurs reprises, c’est surtout la manière dont ça a été fait qui m’a déçue. J’étais revenu pour plus que ça, et ils n’ont pas été au bout de ce qu’ils m’ont proposé. C’est une déception, mais il y a des choses que je peux comprendre. Je pense que dans la manière ça aurait pu être mieux fait.

Comment avez-vous rejoint les Écureuils ?

Je connaissais la majorité des joueurs de l’équipe. Il y a des anciens de la glace, des joueurs du roller contre qui on jouait en étant plus jeune, donc je connais presque tout le monde depuis très longtemps. Je me suis proposé, ils ont accepté ma venue, et moi je suis là pour donner mon maximum et aider l’équipe à gagner.

Et ça vous permet de continuer la compétition à un bon niveau…

En plus, il y a un bon challenge, oui ! Le roller, ce n’est pas le hockey, c’est un peu différent, surtout au niveau des duels. On ne peut pas jouer de la même manière. C’est physique, et je suis assez content de pouvoir relever ce challenge.

Contre Pont-de-Metz, c’est une victoire qui fait du bien, même si c’était dans la douleur au vu du scénario…

Dans la douleur, je ne sais pas, parce que je pense qu’on a largement dominé. Au vu du scénario, un petit peu. Au niveau du score c’est serré, mais au niveau du jeu et de l’intensité, on était au-dessus. Il faut qu’on arrive à marquer plus, parce qu’on a beaucoup d’occasions mais on ne marque pas. A un moment donné, ça va finir par être dangereux, mais il faut rester positif et ça va rentrer !

Deux victoires en deux matches, la saison est parfaitement lancée !

L’objectif c’est de prendre match après match et de les gagner. Mais on sait que ça ne va pas être facile. Ce n’est pas parce que l’an dernier, et toutes les années précédentes, les Ecureuils étaient en Élite que les mecs en face n’ont pas envie de gagner et n’ont pas le mors aux dents quand ils jouent contre les Écureuils, parce que c’est un peu l’équipe à battre. Les mecs se jettent sur tous les palets, les joueurs ont fait autant d’arrêts que le gardien ! Il faut être patient, rester positif et ne pas se démobiliser.

On sent dans votre discours que vous prenez vraiment du plaisir à jouer avec les Écureuils !

Je suis content, oui ! Mais je suis comme ça, quand je m’engage dans quelque chose, je le fais à fond, pas à moitié. Je ne suis pas venu là pour me la couler douce et voir comment ça se passe. Je suis ici pour jouer, être performant, compétitif, et atteindre cet objectif que l’on a avec l’équipe.

L’objectif, c’est la remontée immédiate ?

Clairement, c’est ça. Pour le moment, on est sur une bonne lancée. Même si ce sont des scores serrés, ça reste des victoires. Il faut continuer comme ça.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite de la saison ?

De marquer plus, plus rapidement, de se mettre à l’abri plus vite. Contre Pont-de-Metz, si on met les occasions que l’on a, ce n’est pas le même match. C’est toujours plus dur de jouer contre une équipe qui y croit toujours ! Quand il n’y a qu’un but d’écart, l’adversaire y croit, surtout qu’à la fin de la première, ils menaient. A nous d’être vigilants, de continuer à travailler et de régler les petites erreurs que l’on peut commettre pour que éviter que ça ne nous fasse mal à un moment donné.

Propos recueillis par Adrien ROCHER

Laisser un commentaire