Ces Gothiques ressemblent à ceux de l’an passé

Revenus sur le devant de la scène, à la faveur d’un deuxième quart d’excellent niveau, les Gothiques version 2018-2019 font fatalement penser à ceux de l’exercice 2017-2018.

Une préparation difficile

Au premier abord, il était compliqué de penser qu’Amiens allait revenir aussi fort. Nombreuses étaient les personnes à se demander où étaient les Gothiques qui avaient tant fait rêver l’an dernier. Les critiques étaient relativement justes, et le discours des joueurs pouvait sembler lunaire tant ils ne paraissaient pas inquiets par la situation. La vérité leur appartenait, et ils ont magistralement redressé la barre.

Pourtant, le début de saison passé était loin d’être glorieux. « On avait peut-être un peu plus de victoires au départ mais on donnait beaucoup de crédit à Riton (ndlr : surnom d’Henri-Corentin Buysse) qui nous volait les matches, se souvient Tommy Giroux. Cette saison, il fallait lui demander d’accorder moins de buts à chaque match pour gagner, et c’était compliqué. Le scénario se répète, on dirait ! »

> Mario Richer : « La confiance est là »

Un schéma revient donc en tête des joueurs. Une préparation difficile, un début compliqué, et une montée en régime progressive. « C’est la façon dont l’entraîneur veut construire son équipe, constate Philippe Halley. En début de saison, il ne nous ménage pas et fait des entraînements assez intenses pour que l’on soit en forme et que le système de jeu soit bien implanté. Il faut digérer la préparation sur le premier mois et demi de compétition. »

Un deuxième quart pour se lancer

Une digestion qui a pris son temps mais qui porte ses fruits depuis un carton réalisé à Asnières (18-1). « C’est sûr qu’en début de saison ce sont des matches importants et on les approche aussi bien, mais il y a toujours des petits détails qui restaient à peaufiner, et je crois que dernièrement on est capable de bien jouer en unité, les cinq ensemble, continue Halley. On est plus sur la même page que l’on pouvait l’être en début de saison. »

Les Amiénois n’ont jamais arrêté de travailler et ont fini par faire tourner la chance de leur côté. « Ce qui paraît depuis le début de saison, c’est que l’on travaille toujours fort à chaque match, mais on a plus de succès et de réussite dernièrement« , termine Halley. Et Giroux de conclure. « Ce que je dis depuis le début, c’est que ça ressemble à l’année dernière ! On était plus attendu suite à notre résultat de fin d’année dernière, donc je pense que c’est bien. »

> Bastien Maïa : « Excité à l’idée de venir à Amiens »

S’ils pouvaient endosser un logique statut d’outsider en début de saison, les Gothiques ont mis du temps à l’assumer. Le temps de digérer un été de travail pour remettre les compteurs au niveau de l’an dernier. Avec douze victoires et trente-cinq points marqués, les Samariens sont à hauteur de la saison dernière où ils cumulaient autant de succès mais un point de plus, à pareille époque. Un constat également visible sur le plan statistique puisqu’Amiens a inscrit 57 buts (59 l’an dernier) pour 51 concédés (50 en 2017-2018).

A.R. avec R.P.

Photo d’illustration : Lucile Lefèvre – Le 6 Amiénois

Laisser un commentaire