Bastien Maïa : « La fraîcheur physique a fait la différence »

Auteur d’une excellente série aux côtés de ses compères de ligne West et Edwards, Bastien Maïa estime que la fin du quart de finale a certainement tourné à l’avantage d’Amiens grâce à la fraîcheur de l’alignement Picard.

Bastien Maïa, vous avez paru beaucoup plus frais que Bordeaux, ça s’est joué là-dessus ?

Sûrement, oui ! On a quatre lignes qui tournent, eux ont eu des blessés et n’ont pas pu le faire sur toute la série, et c’est sûr que la fraîcheur physique que l’on a pu avoir a fait la différence.

> Henri-Corentin Buysse : « On savait qu’on allait le faire »

Ca s’est senti très vite…

Déjà sur le match 6 à Bordeaux, je pense que l’on était bien. On a eu notre coup de moins sur le cinquième, mais on est bien revenu sur les deux derniers, donc c’est positif.

C’était la consigne d’attaquer fort et les prendre à la gorge ?

C’était de finir avec la victoire, c’était le plus important ! On a pris les devants et on sait que contre eux, quand on est devant, ils ont tendance à se frustrer, donc ils commencent à se découvrir, à faire des erreurs, et on en profite. C’est un peu ce qu’il s’est passé ce soir.

> Philippe Bozon : « Il y a quand même une logique dans le sport »

Avec beaucoup d’efficacité en supériorité !

Oui, et tant mieux pour nous, il faut que ça continue comme ça. Il y a des jours avec et des jours sans, sur ce match on a eu de la réussite et tant mieux vu que les deux powerplays ont marqué.

Avez-vous douté à un moment dans la série ?

C’est une bonne question ! Il faudrait peut-être la poser à quelqu’un d’autre. Personnellement, je ne pense pas. J’ai confiance en cette équipe, envers les gars qui sont à côté de moi. On sait que dans un match, tout peut arriver. C’est sûr que perdre le premier match, à domicile, en prolongations, ça peut faire mal au moral, mais on savait que ça n’allait pas être simple contre eux. Il y avait juste à travailler et prendre les matches un par un.

Propos recueillis par Adrien ROCHER

Laisser un commentaire