Amiens va-t-il trouver ses pionniers ?

Vainqueur d’Anglet mardi, une deuxième victoire sur les trois dernières journées, Amiens cherche désormais à enchaîner au Coliseum.

Le paradoxe d’Amiens

En s’imposant pour la quatrième fois en cinq déplacements, Amiens a continué de cultiver son paradoxe. Quasi intraitables à l’extérieur, les Gothiques n’ont pris qu’un point à domicile. « Est-ce qu’on joue en étant trop nerveux à la maison ?, se demande Mario Richer. C’est difficile à expliquer… Si on avait la réponse, on gagnerait plus de matches à la maison. » D’autant plus qu’Amiens est passé tout près de la victoire plusieurs fois au Coliseum. « Il y a des matches que l’on a joués ici, où on a eu nos chances, comme contre Nice et Grenoble, continue Richer. Contre Angers c’était partagé, et on a eu autant de chances qu’eux. »

> Mario Richer : « Nyren, une déception des deux côtés »

De là à penser que les Samariens sont meilleurs hors de leurs bases, il n’y a qu’un pas que l’entraîneur-chef ne franchit toutefois pas. « A l’extérieur on gagne sur les petits scores aussi, nuance-t-il. C’est quand on doit ouvrir le jeu que c’est plus difficile parce que l’on donne de meilleures chances à l’adversaire. Si on joue un match serré, on aura des chances de l’emporter, que ce soit à Amiens ou sur la route. On a quatre victoires sur nos cinq matches à l’extérieur, donc il faut trouver du positif dans ça pour aller chercher une victoire à domicile. »

Trouver la clé en supériorité

La venue des Pionniers de Chamonix n’est pourtant pas la meilleure des choses tant les Chamoniards ont bousculé les grosses équipes cette saison. Les Haut-Svoyards ont notamment disposé de Gap (5-1), Bordeaux (3-1) ou encore Angers (6-3), après avoir poussé l’armada Grenobloise en prolongations (5-4). « C’est une équipe qui a un très bon début de saison et qui est bien ajustée par rapport au nouveau règlement, analyse Richer. Ils patinent beaucoup, mettent de la pression, ne jouent pas très physique, mais c’est une très bonne équipe. »

Amiens va surtout devoir se faire violence en supériorité numérique. S’ils ont scoré dans cette situation mardi, le manque de réalisme sur les dix autres possibilités a encore rendu compliqué le match des Gothiques. « On ne contrôle pas bien la rondelle, on a des choses à améliorer, c’est sûr, mais au niveau de l’efficacité, on a quand même marqué, confie Richer. On ne peut que s’améliorer, on ne fait pas partie des pires dans la ligue, mais il y a une marge de progression. En revanche, notre désavantage numérique est excellent. »

A.R. avec R.P.

Photo d’illustration : Lucile Lefèvre – Le 6 Amiénois

AMIENS – CHAMONIX

Onzième journée de Synerglace Ligue Magnus,

Vendredi 19 octobre, à 20h,

Le Coliséum, Amiens,

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire