Amiens est encore en rodage

La préparation était intéressante et très encourageante. Le début de saison des Gothiques a montré que le travail à faire est encore important. Si rien n’est alarmant après deux journées, Amiens est clairement en rodage en cette mi-septembre.

Débuts compliqués

Une victoire en prolongation à Strasbourg, une défaite 3-0 à domicile contre Rouen. Le début de saison d’Amiens est loin d’être idéal pour se mettre en pleine confiance. Loin d’être inquiétante, tant le début de match était positif face aux Dragons, cette entame de saison montre la marge de progression restante aux Gothiques pour être au top. « C’est le début de saison, donc on ne maîtrise pas encore le système à la perfection », confirme Jonathan Narbonne.

Comment alors qualifier ces deux premières sorties en Ligue Magnus ? « C’est un début mitigé, lâche Anthony Mortas. On perd un point contre Strasbourg, mais sur l’ensemble du match on ne mérite pas forcément de gagner, là, ce soir (ndlr, hier soir), Rouen est au-dessus. » Un premier constat amer ? « Non, c’est encore un peu tôt pour tirer un premier bilan ! » répondait justement l’assistant de Mario Richer.

Un powerplay à travailler

Un avis partagé par son capitaine. « Je ne pense pas que l’on peut dire que le début est raté, ajoute Narbonne. Notre objectif, c’est de s’améliorer de match en match. Ca a été compliqué à Strasbourg, mais on a beaucoup mieux joué contre Rouen. On veut s’améliorer match après match, et c’est ce que l’on a fait pour l’instant. »

En phase de réglages après une très grosse préparation physique, les Samariens doivent principalement se mettre à niveau en supériorité. Cette force lors de la préparation leur fait maintenant défaut lors des matches officiels. « Les cinq joueurs doivent apprendre à jouer ensemble, et ça ne se fait pas en deux entraînements ou trois matches », explique Narbonne.

« Je pense qu’il faut que l’on travaille nos supériorités, parce que l’on en a eu quelques-unes, et avec les nouvelles règles, il y aura beaucoup plus de pénalités », enchaîne de son côté Kevin Da Costa. Réussir à être efficace en supériorité numérique, voilà ce qu’il manque désormais aux Amiénois pour envoyer le signal au reste de la Ligue Magnus qu’Amiens n’est pas là pour faire de la figuration.

A.R. avec R.P.

Laisser un commentaire